mercredi 12 septembre 2007

Le temps des foins

(d'après l'oeuvre originale de Vincent Van Gogh)


Le temps des foins

Dans mon enfance, j’ai eu l’occasion d’aller aux champs faire les foins. Ça se faisait les dernières semaines de juillet, alors que le soleil est à son plus chaud. Nous embarquions dans une charrette tirée par un cheval. Rendus aux champs, sous la supervision de mon oncle, nous faisions des « vailloches » avec le foin déjà coupé. Ensuite, on prenait ces « vailloches » à la fourche pour les lancer dans la charrette.

Deux ou trois jeunes se tenaient sur le voyage pour fouler le foin, afin d’en mettre le plus possible dans la charrette. Il fallait avoir les membres bien recouverts parce que le foin sec grafigne les jambes des fouleurs.

Quand la charrette était juste assez remplie pour passer dans la porte de la grange, nous allions décharger. Dans la grange, c’était le même travail qui recommençait à l’envers. Toujours à la fourche, on lançait le foin sur le fenil (qu’on appelait « fanil » en québécois). Pendant que les grands travaillaient, les plus jeunes s’amusaient à faire des chemins dans le foin pour glisser du fenil jusqu’en bas.

Puis on retournait aux champs continuer le travail. Les bonnes journées on pouvait faire jusqu’à quatre voyages. Il fallait profiter du beau temps. Les étés où il y avait beaucoup de pluie, s’il faisait beau le dimanche, le curé donnait la permission de travailler ce jour-là.

C’était ce qu’on appelle le bon vieux temps, mais je ne crois pas qu’aucun fermier d’aujourd’hui ne voudrait retourner à cette époque. Avec les équipements modernes, on ramasse le foin deux fois durant l’été. Le foin est coupé et enroulé en ballots mécaniquement. C’est une grande amélioration et c’est très joli de voir dans les champs ces gros rouleaux de foin qui ressemblent à d’immenses biscuits de « shredded wheat ».

1 commentaire:

Mermoz a dit…

Hein ? Déjà ? Ben oui. Hier encore c' est déjà l' ancien temps ? Ouais, ça se peux. Mééé la vie est longue et les heures sont brèves...